Réunion sur l'orientation mardi 21 novembre aux Carmes
   
Direction diocésaine

logo-dd.jpg

Notre Collège

Fermer 01. D'hier à aujourd'hui

Fermer 02. Nos convictions

Fermer 03. Organisation

Fermer 04. Nous proposons

Fermer 05. CDI

Fermer 06. Actions en pastorale

Fermer 07. Règlements et chartes

Fermer 08. Activités périéducatives

Fermer 09. S'orienter

Fermer 10. Liste de fournitures scolaires

Fermer 11. Tarifs

Fermer 12. Articles de presse

Activités

Fermer 01. Au CDI

Fermer 02. Arts plastiques

Fermer 03. Evènements

Fermer 04. Remises des prix

Fermer 05. Nos élèves ont du talent

Fermer 06. Projets Romanité

Fermer 07. Semaine d'intégration des 6e

Fermer 08. St Michel l'Observatoire

Fermer 09. Voyages

Fermer 10. Bals de promo

Fermer 11. Partenariat Madeleine

Fermer 12. Café Dix sur dys

Fermer 14. Semaine buissonnière 14-15

Fermer 15 Semaine buissonnière 15-16

Fermer 16. Semaine buissonnière 16-17

Fermer 20. Articles anciens

Visites

 144415 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

02. Nos convictions - 07. Discours de la célébration de rentrée 14-15
Chers élèves,

 

C’est un plaisir pour moi de vous accueillir au seuil d’une nouvelle année scolaire au nom des professeurs et des éducateurs. Nous sommes fiers de la confiance que vous et vos parents vous nous accordez et cela nous fait chaud au cœur de vous voir si nombreux.

J’ai longtemps réfléchi à ce que je voulais vous dire ce matin et à la façon dont j’allais le faire. Il n’est pas simple de résumer en quelques minutes tout ce à quoi l’on croit. Après réflexion, j’ai choisi de vous parler d’un personnage imaginaire, sorti d’une nouvelle. Pour ceux qui ne le savent pas, avant d’être chef d’établissement, je suis professeur de français et bien souvent je trouve dans la fréquentation de la littérature matière à éclairer ce que je vois.

Je vais donc vous parler d’un homme qui s’appelait Elzéar Bouffier. Son histoire a été imaginée par Jean Giono, un romancier qui vivait dans notre région, du côté de Manosque. Dans une très courte nouvelle, Jean Giono a imaginé un berger, Elzéar Bouffier donc, qui entre 1913 et 1947 consacra l’essentiel de son temps à planter des arbres dans une région jusqu’alors désertique. Méticuleusement, chaque soir, le berger sélectionnait une centaine de glands parmi tous ceux qu’il avait ramassés. Dans la journée, avec une infinie patience, l’homme plantait ces graines tout en conduisant ses animaux à la pâture. Voici ce qu’écrit Giono :

 

«  Depuis trois ans, il plantait des arbres dans cette solitude. Il en avait planté cent mille, il comptait encore en perdre la moitié, du fait des rongeurs ou de tout ce qu’il y avait d’impossible à prévoir dans les desseins de la Providence. Restaient dix mille chênes qui allaient pousser dans cet endroit où il n’y avait rien auparavant. »

 

Pendant des années, la guerre et les aléas du monde ont éloigné le narrateur du berger Elzéar Bouffier. Un jour, pourtant ils se sont retrouvés et le narrateur a découvert, émerveillé, un paysage transformé :

 

« Le spectacle était impressionnant. J’étais littéralement privé de paroles et […] nous passâmes tout le jour en silence à nous promener dans sa forêt. Elle avait […] onze kilomètres de long et trois kilomètres dans sa plus grande largeur. […] tout était sorti des mains et de l’âme de cet homme […] »

 

Par la suite, très régulièrement, le narrateur est revenu voir son ami le berger planteur d’arbres. À la mort d’Elzéar Bouffier, en 1947, cette terre autrefois désertique était métamorphosée. Non seulement elle était couverte d’arbres de diverses essences mais les hommes aussi avaient appris à y vivre dignes et heureux :

 

« Sur l’emplacement des ruines que j’avais vues […] s’élèvent maintenant des fermes propres, bien crépies, qui dénotent une vie heureuse et confortable. […] à côté de chaque ferme, dans des bosquets d’érables, les bassins des fontaines débordent sur des tapis de menthes fraiches. Les villages se sont reconstruits peu à peu. Une population venue des plaines […] y apporte de la jeunesse, du mouvement, de l’esprit d’aventure. On rencontre dans les chemins des hommes et des femmes bien nourris, des garçons et des filles qui savent rire et ont repris gout aux fêtes campagnardes. […] Plus de dix mille personnes doivent leur bonheur à Elzéar Bouffier. Quand je réfléchis qu’un homme seul, réduit à ses simples ressources physiques et morales, a suffi pour faire surgir du désert ce pays de Chanaan, je trouve que, malgré tout, la condition humaine est admirable. »

 

 

Voici ce que je voulais dire aujourd’hui, chers élèves : soyons, nous aussi, des planteurs d’arbres. Comme Elzéar Bouffier, ayons à la fois des rêves immenses et une patience sans faille. Œuvrons chaque jour à changer le monde pour le rendre plus beau, meilleur, nous qui n’en sommes que les dépositaires.

Corinne Durand Degranges (05/10/2014)


Date de création : 02/10/2016 @ 11:36
Dernière modification : 02/10/2016 @ 11:36
Catégorie : 02. Nos convictions
Page lue 226 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


Secrétariat Général

logo1_ec.jpg

Pour nous joindre

Collège Jeanne d'Arc
61 rue Louis Rousset
84 400 Apt


Tèl : Administration
04 90 74 14 94
Vie scolaire :
04 84 51 01 06
04 84 51 01 07


jeannedarc.apt2@wanadoo.fr

Accueil de la différence

Anne Thocquenne, référente de scolarité

Suivi de la scolarisation des enfants et des jeunes en situation de handicap en lien avec la Maison Départementale pour les Personnes Handicapées (MDPH)
Liens vers : ASH 84 ; DDEC 84 ASH

Dates à retenir
Menu
^ Haut ^